menu

mlav.land | à propos

corps générationnel

Avec l’évolution de la notion de travail et la disparition du labeur, nous faisons l’hypothèse d’un allongement des temps d’études et de retraite. Le projet exprime ce rapprochement dans un programme architectural hybride connectant lieux d’apprentissage et de retraite.

Il se situe dans le 9ème arrondissement de Paris, sur une parcelle composée de bureaux et de commerces, des secteurs voués à s’automatiser et à se déterritorialiser. Le contexte urbain est traversé et généré par une multiplicité de flux, qui tendent à s’accélérer en supprimant la moindre aspérité physique.

Les corps ne s’entrechoquent plus pour ne pas ralentir. L’individu se voit démantelé en composants re-composables dont la cohérence suit celle de la logique du marché. L’intérêt d’une vie se mesure en fonction de ses intensités, de la même manière qu’on mesure des flux électriques.

Il ne s’agit pas de célébrer ni de déprécier ou de nier les flux, mais bien de les éprouver en leur résistant. Placer un corps architectural qui viendra se confronter au corps humain, au corps augmenté, au corps robotisé.